Histoire de l’église de la Trinité

Vers 1333, Frédéric de Meysenburg fit construire une chapelle à l’endroit où se trouve aujourd’hui l’église de la Trinité. Un couvent construit en 1602 fut vendu en 1628 aux « Chanoinesses de St. Augustin de la Congrégation de Notre-Dame ». Lors du siège de la ville par les troupes de Louis XIV, l’église et le couvent furent détruits, puis reconstruits. En 1730, l’archevêque de Trèves autorisa la construction d’une nouvelle église selon les plans du frère augustin Josef Walter. L’édifice fut inauguré en 1745 et fut le premier grand bâtiment baroque de la ville de Luxembourg. A un moment quelque 35 sœurs et 300 élèves vivaient dans le couvent. Les ossements des « Chanoinesses » furent enterrés dans la crypte de l’église de la Trinité jusqu’en 1785. En 1795, après la prise du Luxembourg par les troupes révolutionnaires françaises, l’église fut d’abord utilisée comme grange, puis comme salle des fêtes. En 1798, les sœurs quittèrent les lieux.


Protestante depuis 1817
Après le Congrès de Vienne, l’église fut cédée en 1817 à la garnison prussienne qui y organisait des cultes protestants. En 1890, la dynastie protestante de Nassau-Weilburg accéda au trône luxembourgeois et l’église de la Trinité devint l’église de la cour jusqu’au début du 20ème siècle quand la maison régnante redevint catholique.


Une église ouverte
L’église de la Trinité est ouverte tous les jours et attire plus de 10.000 visiteurs par an. Des expositions et des concerts sont également organisés régulièrement dans l’église.
(Texte d’après le professeur Alex Langini)